Une semaine sur France-Culture

France-Culture diffuse, en feuilleton, des extraits de mon récit Un sémite (Circé, 2002), lus par Sophie Lahayville et Stanislas Roquette. Cette diffusion a lieu du mardi 9 au vendredi 12 février, à 20h35, chaque épisode durant vingt-cinq minutes environ. Vous trouverez ci-dessous la présentation de cet ouvrage.

Le dimanche 14 février, de 20h à 22h, une émission (« Théâtre et compagnie ») est consacrée, toujours sur France-Culture, à un parcours à travers plusieurs de mes textes dramatiques, mis en voix par une douzaine de comédiens dans le cadre d’un « Chantier nomade » qui s’est tenu en décembre dernier. Les fragments sont extraits de L’Enéide (Actes Sud 1982), Le Printemps (Actes Sud 1985), Paysage de nuit avec œuvre d’art (Les Cahiers de l’Egaré 1992), Lettre au directeur du théâtre (Les Cahiers de l’Egaré 1996, 4ème édition 2008) et Scène (Comp’Act 2000).

Ces deux émissions ont été réalisées par Jacques Taroni. Elles peuvent être écoutées, pendant une semaine après leur diffusion, sur le site de France Culture (www.franceculture.com).

Un sémite

(présentation)

Un sémite dresse, en trois récits, le portrait d’un homme ordinaire et surprenant. Instituteur républicain de l’entre-deux guerres, passionné par
la France et l’idéal égalitaire, qui s’engage dans un communisme stalinien sans nuances où il voit l’héritage légitime de 1789. Militant de base qui prône l’indépendance de l’Algérie, et œuvre pour l’avènement d’un pays dans lequel il ne pourra pas vivre. Juif qui vit fièrement son judaïsme, et se sent intensément solidaire de la lutte des Arabes, en Algérie ou en Palestine – par fidélité à ce qui lui paraît être le sens intime du mot sémite : juif et Arabe à la fois, désignant entre eux une racine profondément commune, une sorte d’indistinction d’origine.

C’est une vie contradictoire, parfois aveugle et pourtant lucide, en tout cas très digne dans ses embarras, qui est ici racontée, à travers trois épisodes successifs : l’emprisonnement en Syrie en juin 40 par un tribunal français, pour activités révolutionnaires ; la destruction du domicile familial à Oran par une bombe d’extrême droite en 61 ; et la méditation sur la fin d’une vie désorientée, à Marseille en 89, lors du transfert des restes d’un homme qui croyait à la bonté du siècle.

Un sémite est paru en 2002 aux Editions Circé.