Le jeudi 8 décembre à 19h, une rencontre aura lieu autour du numéro 1123-1124 (nov-déc 2022) de la revue Europe, qui contient un cahier qui m’est consacré – en présence de plusieurs des contributeurs de ce cahier : Michel Deutsch, Jérôme Duwa, Ismaël Jude, ainsi que de Jean-Baptiste Para, directeur de la revue. La rencontre est animée par Virginie Soubrier.

C’est à la Librairie L’Acacia, 33 bd du Temple 75003 Paris

(à proximité immédiate de la Place de la République)

grâce à l’hospitalité chaleureuse de l’équipe de la librairie.

Tel : 01 48 04 76 52

 

Recension du numéro par Didier Ayres sur le site Le Littéraire : Europe – Le littéraire nov 22

Le 2 décembre prochain, je participerai à une conversation avec les membres du groupe « Bible et psychanalyse » – bien que je ne sois spécialiste ni de l’une ni de l’autre -, et avec la participation de Marie Balmary, autour des quelques lignes connues sous le nom de « Béatitudes » (Heureux les…).

Ces annonces de bonheurs (ce serait la traduction la plus simple) servent de porche d’entrée au « Sermon sur la montagne », lui-même presque au début de l’évangile de Matthieu, qui est la première du canon évangélique. Ce qui fait trois débuts superposés.

 

Le samedi 12 novembre 2022, je me suis entretenu avec le professeur Denis Müller à propos de son livre Tristesse et métaphysique terrestre (Cerf, 2022).

Cette conversation a eu lieu au Foyer de l’âme (Eglise protestante unie de Paris-Bastille), 7 bis rue du Pasteur-Wagner, 75011 Paris, à 18h30.

Photo Mary P.

Le samedi 22 octobre 2021, a eu lieu, au Théâtre de la Colline, une passionnante rencontre avec les professeurs de Classes préparatoires aux grandes écoles (option théâtre). Lire la suite

La revue Europe publie, dans son numéro 1123-1124 de novembre-décembre 2022 un cahier « Denis Guénoun », qui comprend des participations de Lire la suite

Durant les mois d’été de cette année, mon activité va prendre un aspect un peu différent.

Je n’ai pas souhaité participer à des projets de théâtre dans cette période, afin de me consacrer pleinement au travail d’écriture.

D’ici la rentrée, mes principales interventions publiques se feront donc sur ce site, poursuivant des séries engagées ces derniers temps, et annoncées dans les Actualités ou prenant place dans le Journal public.

Et cela, dans l’attente de la publication de quelques autres chantiers, en cours.

 

Le spectacle de Stanislas RoquetteInsuline et Magnolia, sera en Avignon du 8 au 27 juillet au Théâtre du Train Bleu.

J’y ai contribué, mais cette réalisation poursuit maintenant sa route sans moi, accompagnée à distance par mes pensées fraternelles, à l’intention de Stanislas bien sûr, et aussi d’Alexis Leprince, Yvan Lombard, Christian Girardot, Gwladys Duthil et de toute l’équipe d’Artépo.

Renseignements : Train Bleu

Les 7 et 8 juin prochains, sera présenté à Paris le spectacle Insuline & Magnolia, de Stanislas Roquette. Ce travail, auquel j’ai collaboré, a été créé avec succès à la Maison de la Culture d’Amiens en novembre 2021, mais il est ici expérimenté dans une version renouvelée, du fait de l’exigence insatiable de son auteur.

C’est un récit, largement autobiographique, concernant le diabète, ainsi qu’une rencontre très forte à l’adolescence avec une jeune femme aujourd’hui disparue.

Stanislas Roquette en a écrit le texte et l’interprète. Il a effectué ce travail dans une coopération très soutenue avec Alexis Leprince, du côté de la dramaturgie. Il sera présenté en juillet prochain à Avignon, au théâtre du Train Bleu.

Les mardi 7 et mercredi 8 juin 2022 à 21h,

au Théâtre de la Reine Blanche,

2 bis Passage Ruelle, 75018 Paris

01 40 05 06 96

www.reineblanche.com

Un atelier-séminaire (ou l’inverse), que j’anime, a lieu depuis ce jeudi 6 janvier, pour proposer une expérience de lecture du « Notre père ».

Les séances se déroulent le jeudi de 19h30 à 21h, aux dates suivantes :

6 et 20 janvier, 3 et 17 février, 10 et 24 mars, 7 et 21 avril.

Pour l’instant, elles se tiennent en visio-conférence, et pour y participer il suffit de demander le lien à l’adresse suivante : 

pasteur@foyerdelame.fr   

Je serais heureux de partager ces moments avec vous, si vous le souhaitez.

 

 

Les représentations de J’attends toujours auront lieu à Ferney-Voltaire du 15 au 19 décembre 2021 (horaires ci-dessous). Le spectacle est fondé sur un échange de lettres entre Diderot et l’actrice-écrivaine Marie-Jeanne Riccoboni. J’ai le grand plaisir d’y être présent comme acteur, en interprétant le rôle de Diderot, aux côtés de la comédienne Anne Durand qui joue Mme Riccoboni. La mise en scène est de Hervé Loichemol.

C’est au Théâtre du Châtelard de Ferney-Voltaire, petite ville et haut lieu de la mémoire du XVIIIème siècle, qui se trouve en France, mais dans la banlieue immédiate de Genève.

La compagnie FOR, productrice du spectacle indique :

Compte tenu de la configuration de l’espace scénique, le nombre de spectateurs est limité à 30. Il est donc fortement recommandé de réserver : +33 (0)6 71 59 38 34 ou administration@fortheatre.fr

15, 16, 17 et 18 décembre 2021 à 20h 30
19 décembre 2021 à 17h
Théâtre Le Châtelard | 28 rue de Meyrin | 01210 Ferney-Voltaire

Production Compagnie FOR | Partenariat leLabo | Soutien Ville de Ferney- Voltaire.

*

En outre, la compagnie annonce la table-ronde qui aura lieu le samedi 18, dans le même bâtiment que le théâtre :

Diderot et les paradoxes du spectateur

Table ronde avec Nathalie Kremer, Marc Escola et Martin Rueff
Samedi 18 décembre 2021, 17h30
Médiathèque Le Châtelard | 23 rue de Meyrin | 01210 de Ferney-Voltaire Entrée libre, réservation recommandée : +33 (0)4 57 28 00 38

Dans un livre célèbre (La Place du spectateur, 1990), Michaël Fried soutenait que Diderot faisait dépendre l’effet d’une œuvre de la négation du spectateur, ou plus exactement de la constitution d’un sujet conscient de sa propre absence dans la scène de la représentation. Suffisamment paradoxale pour être constamment débattue, la proposition invitait à penser solidairement les thèses du dramaturge et celles du critique d’art : comment Diderot pense-t-il le rôle du spectateur de théâtre et quel statut donne-t-il au spectateur de peinture ? Comment lui-même rend-il compte de ses propres expériences esthétiques, et quelles leçons en retenir pour la théorie esthétique aujourd’hui ?

Avec Nathalie Kremer, professeure de littérature et d’esthétique à l’Université Sorbonne nouvelle et membre de l’Institut universitaire de France, auteure de Diderot devant Kandinsky (Passages d’encre, 2013) et de Traverser la peinture. Diderot. Baudelaire (Brill, 2018)

Marc Escola, professeur de littérature de l’âge classique et de théorie littéraire à l’Université de Lausanne, auteur de Le Cinéma des Lumières. Diderot, Deleuze, Eisenstein (à paraître Mimésis, janvier 2022)

et Martin Rueff, professeur de littérature à l’Université de Genève, poète et traducteur.

*

Les répétitions du spectacle J’attends toujours ont commencé le 4 octobre à Ferney-Voltaire. Elles ont réuni la comédienne Anne Durand et moi-même, sous la direction du metteur en scène Hervé Loichemol, dans la très belle salle de répétitions de l’ensemble Le Labo, à Lausanne, et grâce à l’hospitalité de ces lieux créés à l’initiative de Simone Audemars.

Le spectacle se fonde sur l’échange de correspondance de 1757 entre Denis Diderot et la comédienne-écrivaine Marie-Jeanne Riccoboni (1713-1792), augmenté d’un extrait du Salon de 1767, où Diderot commente un portrait de lui-même réalisé par le peintre Michel Van Loo. Hervé Loichemol et Anne Durand me font le grand honneur de m’accueillir pour interpréter le rôle de Diderot, cependant que l’actrice joue le rôle de Mme Riccoboni.

Cette première tranche de répétitions a eu lieu jusqu’au 22 octobre. Elles ont repris à partir du 29 novembre à Ferney-Voltaire, où le spectacle sera présenté du 15 au 19 décembre au Théâtre du Châtelard.