Mai 17 : Bonhoeffer

le mardi 16 mai 2017, le groupe « Philosophie et théologie » discute un exposé que je présente sur « l’idée de religion », à la lumière des réflexions de Dietrich Bonhoeffer dans ses dernières lettres de prison.

Le texte et la vidéo de cette séance sont publiées sur ce site après quelques jours.

Le 21 mai, une lecture prévue dans le cloître de l’Eglise des Billettes (Paris), sur La liberté du chrétien de Luther, est reportée à une date ultérieure.

Avril 17 : sur le mythe

La prochaine séance du groupe « Philosophie et théologie », que j’anime avec le pasteur Marc Pernot à l’église protestante de l’Oratoire du Louvre, aura lieu ce mardi 18 avril de 20h à 21h30, au 4 rue de l’Oratoire, 75001 Paris (salle Monod, 2ème étage).
J’y présenterai un exposé sur la question du mythe, envisagée en liaison avec l’oeuvre du théologien allemand Rudolf Bultmann (1884-1976).
Le contenu des séances précédentes est disponible, en vidéo et, pour les exposés, en version écrite, sur ce site, à la rubrique Ecrits et réflexions ainsi que sur le site de l’Oratoire du Louvre.

Mars 17 : Novarina, et Panthéon

Le mardi 7 mars, aura lieu la sixième séance du groupe « Philosophie et théologie » à l’Oratoire du Louvre. Nous accueillerons Valère Novarina, pour une discussion autour de son texte « Pour en finir avec le sacré », (dans L’Envers de l’esprit, P.O.L. 2009, pp. 101-125.
Au 4 rue de l’Oratoire, 75001 Paris, 4ème étage (salle Monod), de 20h à 21h30 environ.

Le vendredi 24 mars, à 19h30, aura lieu la séance Soulever la politique (Prologue), au Panthéon (Place du Panthéon, 75005 Paris). Il s’agira d’une lecture que je dirige, à partir de textes de Hugo, Jaurès, Malraux et Rosa Luxemburg, par Stanislas Roquette et Alvie Bitemo.

Entrée : 10 euros. (réservation ouverte sur le site la Fnac-spectacles, ou à l’aide de ce lien direct, ou par téléphone au 01 41 57 32 19.)

Février 17 : Philosophie et théologie (suite)

– le mercredi 1er février, je donnerai un nouvel exposé intitulé « Révélation et histoire » au groupe « Philosophie et théologie » que j’anime avec le pasteur Marc Pernot à l’église protestante de l’Oratoire du Louvre. C’est de 20h à 21h30, au 4 rue de l’Oratoire 75001 Paris (salle Monod, 2ème étage) ;

Je rappelle que les vidéos et textes des séances précédentes sont en accès libre sur ce site, avec le lien Ecrits de réflexion .

Janvier 17 : autour d’Augustin

Le 3 janvier 2017, aura lieu la quatrième séance du groupe de réflexion « Philosophie et théologie » que j’anime avec le pasteur Marc Pernot à l’église protestante de l’Oratoire du Louvre à Paris. Le thème abordé sera « le temps », à partir du livre XI des Confessions d’Augustin.

le 10 janvier 2017, sera donnée au Théâtre de l’Opprimé (80 rue du Charolais, Paris 10ème), une représentation du spectacle Qu’est-ce que le temps? (Le livre XI des Confessions d’Augustin), interprété par Stanislas Roquette, et que j’ai mis en scène à partir de la traduction de Frédéric Boyer (Les Aveux, POL 2008). Cette soirée a lieu dans le cadre du festival « Au temps pour nous », organisé par Matila Malliarakis.

Novembre 16 : « Philosophie et théologie » à l’Oratoire (séances 2 et 3)

Le mardi 8 novembre 2016, a lieu la deuxième séance du cycle « Philosophie et théologie » que j’anime avec le pasteur Marc Pernot à l’invitation de l’Eglise protestante de l’Oratoire du Louvre.

Cette séance sera consacrée à la lecture d’un texte d’Emmanuel Lévinas : « L’idée de l’infini et le visage d’autrui » : lien levinas-infini-pdf .

Le mardi 29 novembre, Jean-Baptiste Brenet, professeur d’histoire de la philosophie arabe à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne sera notre invité. Il viendra aborder la question du rapport entre philosophie et théologie chez Averroès.

Les séances ont lieu à 20h, au 4 rue de l’Oratoire, 75001 Paris (salle Monod, 2ème étage). L’entrée est libre. Les personnes intéressées sont les bienvenues.

 

Octobre 2016 : Oratoire, Lausanne, Privas, Tourette

Au mois d’octobre 2016, je participe aux activités suivantes :

Le mardi 4 octobre, a lieu la première séance de réflexion sur « Philosophie et théologie », que j’anime avec le pasteur Marc Pernot à l’invitation de l’Eglise protestante de l’Oratoire du Louvre (4 rue de l’Oratoire, 75001 Paris). Lien : Philosophie et théologie ;

Le vendredi 14 octobreQu’est-ce que le temps? (Le livre XI des Confessions d’Augustin) est joué au Théâtre de la Grange de Dorigny, dans le cadre d’un colloque organisé à l’Université de Lausanne par Michel Groneberg autour des relations entre théâtre et philosophie. Le samedi 15, j’interviens dans ce colloque. Lien : Grange de Dorigny

Le mardi 18 octobre, ce même spectacle est présenté au Théâtre de Privas, à l’invitation de Dominique Lardenois, son directeur. Lien : Théâtre de Privas

Le vendredi 21 octobre, j’interviens au colloque concernant Michel Deguy au couvent de la Tourette. Mon intervention s’intitule : « Poésie et Prophétisme : Lévinas avec Deguy? ». Informations ci-dessous, lien :

Colloque Poétique de Deguy_octobre 2016

20 juin 2016 : Maison de l’Inde

A la Maison de l’Inde, a lieu le lundi 20 juin 2016 le lancement de la revue franco-indienne La Fabrique de l’Art (dir. Jean-Frédéric Chevallier et Sukla Bar-Chevallier). Dans le numéro 1, figure un long échange de lettres sur le théâtre, entre J.-F. Chevallier et moi (pp. 88-99).

On peut consulter ce numéro de la revue à l’aide du lien suivant :

Fabrique de l’art 1

La séance a lieu à 18h30, 76 rue Bonaparte 75006 Paris (Place Saint-Sulpice). Entrée libre.

Fabrique de l’Art / Maison de l’Inde

27 mai 2016 : Paris-Sorbonne

Le vendredi 27 mai à 16h30, j’interviens en Sorbonne au colloque « Une pensée du corps », organisé dans le cadre des études hispaniques, organisé par Camille Lacau St Guily, René Clémentine Lucien et Maria J. Ortega Manez. (En Salle de Formation de la Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne).

J’y présente la conférence de clôture, consacrée au récent spectacle Aux corps prochains – Sur une pensée de Spinoza, créé au Théâtre National de Chaillot et au TNP (Villeurbanne) en mai et juin 2015.

A cette occasion, j’ai traduit deux célèbres poèmes de J. L. Borges, que voici :

 

Spinoza

(El Otro, el mismo, 1964)

 

Las traslúcidas manos del judío

Labran en la penumbra los cristales

Y la tarde que muere es miedo y frío.

(Las tardes a las tardes son iguales.)

Las manos y el espacio de jacinto

Que palidece en el confín del Ghetto

Casi no existen para el hombre quieto

Que está soñando un claro laberinto.

No lo turba la fama, ese reflejo

De sueños en el sueño de otro espejo,

Ni el temeroso amor de las doncellas.

Libre de la metáfora y del mito

Labra un arduo cristal: el infinito

Mapa de Aquél que es todas Sus estrellas.

 

Les mains translucides du juif

Travaillent dans la pénombre les cristaux

Et le soir qui meurt est peur et froid

(Les soirs aux soirs sont pareils.)

Les mains et l’espace de jacinthe

Qui pâlit au confin du ghetto

N’existent presque pas pour l’homme tranquille

Qui rêve un labyrinthe clair.

La gloire ne l’agite pas, ce reflet

De rêves dans le rêve d’un autre miroir

Ni l’amour peureux des jeunes filles

Libre de la métaphore et des mythes

Il travaille un cristal ardu : l’infini

Carte de Celui qui est toutes Ses étoiles.

 

*

Baruch Spinoza

(La moneda de hierro, 1976)

 

Bruma de oro, el Occidente alumbra

La ventana. El asiduo manuscrito

Aguarda, ya cargado de infinito.

Alguien construye a Dios en la penumbra

Un hombre engendra a Dios. Es un judío

De tristes ojos y de piel cetrina;

Lo lleva el tiempo como lleva el río

Una hoja en el agua que declina.

No importa. El hechicero insiste y labra

A Dios con geometría delicada;

Desde su enfermedad, desde su nada,

Sigue erigiendo a Dios con la palabra,

El más pródigo amor le fue otorgado,

El amor que no espera ser amado.

 

Brume d’or, l’Occident éclaire

La fenêtre. Le manuscrit assidu

Attend, déjà chargé d’infini.

Quelqu’un construit Dieu dans la pénombre

Un homme engendre Dieu. C’est un juif

Aux yeux tristes et à la peau citrine ;

Le temps le mène comme le fleuve mène

Une feuille dans l’eau qui décline.

Peu importe. Le sorcier insiste et travaille

Sur Dieu avec géométrie délicate ;

Depuis sa maladie, depuis son rien ;

Il continue d’ériger Dieu par la parole,

L’amour le plus prodigue lui fut octroyé,

L’amour qui n’attend pas d’être aimé.

 

 

Trad. D.G.

27-28 avril 2016 : Harvard (reporté)

Les 27 et 28 avril, j’interviendrai à Harvard University (USA), dans le séminaire « France and the World », à l’invitation de Sylvaine Guyot. J’y donnerai un exposé à partir de l’ouvrage A Semite, A Memoir of Algeria (Columbia University Press, 2014). Je rencontrerai aussi un groupe de doctorants autour de Le Théâtre est-il nécessaire? (Ed. Circé, 1997).

Intervention reportée à l’automne, en raison d’un problème de santé.