Soulever la politique (Panthéon le 24 mars)

Sous le titre « Soulever la politique – Prologue », une soirée aura lieu le 24 mars au Panthéon. Il s’agit d’une lecture de textes, interprétés par deux comédiens, Stanislas Roquette et Alvie Bitemo. Les textes sont de Hugo, Jaurès, Rosa Luxemburg et Malraux. On trouvera la présentation de ce choix ci-dessous.

Acteur, actrice…

La compagnie Artépo recherche, pour sa prochaine création (Soulever la politique, conception : Stanislas Roquette et Denis Guénoun), un comédien ou une comédienne d’origine asiatique, pratiquant avec aisance le français et une langue du pays de provenance.

Révélation et histoire

On trouvera ci-dessous les liens d’accès libre (texte et vidéo) à l’exposé « Révélation et Histoire », présenté le 1er février 2017 au groupe de réflexion « Philosophie et théologie » que j’anime avec le pasteur Marc Pernot à l’Eglise protestante de l’Oratoire du Louvre à Paris.

Philosophie et théologie (suite)

– le mercredi 1er février, je donnerai un nouvel exposé intitulé « Révélation et histoire » au groupe « Philosophie et théologie » que j’anime avec le pasteur Marc Pernot à l’église protestante de l’Oratoire du Louvre. C’est de 20h à 21h30, au 4 rue de l’Oratoire 75001 Paris (salle Monod, 2ème étage) ; – le mois suivant, le mardi 7 […]

Deux capitalismes

11.02.2017 Le « Journal public » a été frappé de stupeur depuis l’élection américaine. Stupeur, non pas au sens d’étonnement – même s’il y en a eu – mais dans l’acception plus ancienne de paralysie, d’hébétude. L’importance de l’événement, et de ses suites, a produit un saisissement dans l’écriture,

Heidegger

25.10.16 Chaque année apporte son lot de révélations sur le caractère plein et résolu de l’adhésion de Heidegger au nazisme. À chaque nouvelle découverte, le choix se creuse entre deux sortes de réactions : celle qui veut maintenir à tout prix la différence entre l’homme et l’œuvre, pour préserver la valeur de sa philosophie malgré le […]

L’éloignement de l’esthétique

25.09.16 Il fut un temps où la morale apparaissait comme un carcan de directives étouffantes. Alors, pour beaucoup, le politique s’imposa comme discours critique, mise en question des illusions, et surtout comme voie d’émancipation réelle, partagée. Et puis la politique est entrée dans sa crise :

Soulever la politique (2)

04.09.16 Après plusieurs relectures, je vois que le texte publié hier sous le titre « Soulever la politique » (lien : Soulever la politique 1) abandonne trop de terrain à la manie dénonciatrice dont j’ai souvent écrit dans ce Journal que je voulais m’en écarter.

Pour quoi faire ?

Le 26.09.16

Pourquoi faire vivre un site comme celui-ci ? Bien sûr, il permet de faire connaître des activités en cours, de rassembler des informations éparses. Mais ce n’est pas tout. Une quête plus obscure soutient l’énergie qu’il faut pour animer ces pages.

D’abord, le « Journal public ». Qu’est-ce que cela veut dire ? J’y publie des réflexions du jour : pensées qui me paraissent nécessaires pour vivre, et pour partager. Ici, au fil du temps, se mène un processus d’écriture. Quelque chose comme un livre se construit, livre de pensées, autrement manigancé qu’un livre traditionnel : il se donne à voir, dans sa naissance et son progrès (s’il progresse), et peut être consulté dans son processus autant que pour son résultat.

Ensuite, apparaissent des travaux en construction : pas seulement leurs jours et leurs lieux, mais les travaux eux-mêmes, directement accessibles : articles, conférences, lisibles ou aussi audibles, visibles, parfois poèmes, ou spectacles entiers.

Et encore, sont offertes à la lecture des publications d’œuvres intégrales, anciennes ou récentes, inédites ou aux tirages épuisés chez leurs premiers éditeurs, toujours accompagnées d’une réflexion présente (préface et notes), permettant de les resituer.

Le site exprime alors une volonté de partager le devenir de quelque chose comme une œuvre, ou une vie, dans la complexité de ses tracés multiples. Comme un grand ouvrage en chantier. Pas seulement un échange d’informations, mais une machine d’écriture et d’édition. Ce qui se propose là, c’est donc au fond une hypothèse sur la possibilité d’œuvrer aujourd’hui, de façon libre et indépendante. Et toujours de tout livrer, délivrer, par l’accès libre et gratuit.

Agenda

Cliquer sur chaque ligne pour des précisions.