Ci-dessous, les entrées du « Journal public », classées en ordre inversé, de la plus récente à la plus ancienne.

12.11.20 Dieu est une figure. De quoi ? Pas de quelque chose qui puisse être figuré, et dont il forme une représentation déplacée. Ainsi, le soleil peut-être une figure du roi : il y a un roi, et le soleil le représente. Mais ce dont Dieu est la figure n’a pas d’autre figure : c’est un objet de […]

12.10.20 Comme je l’ai indiqué dans le « chapeau » du fragment 1, le 10 octobre dernier, ces textes sont tous datés. Or, si je les publiais intégralement dans leur ordre chronologique, il apparaîtrait ce que je signalais le 11, c’est-à-dire l’alternance, presque régulière, entre des préoccupations historiques et politiques, abordées dans une discussion avec le marxisme, […]

11.10.20. En découvrant ces fragments (dont la publication a été présentée dans ce Journal le 10.10.20) j’aimerais vraiment, comme par un souhait enfantin, qu’on se souvienne que ma « réflexion », pour employer ce terme emphatique, circule sans cesse entre deux pôles. L’un (faut-il le dire : diurne ?) que je peux associer au nom de Marx, et à […]

10.10.20 J’entreprends de transférer dans ce Journal public divers éléments qui faisaient partie d’un travail engagé à la fin du printemps (c’est-à-dire à l’interruption du premier confinement) et poursuivi jusqu’au début de l’automne. Il se trouve que ces fragments sont tous datés, et que j’ai plus d’une fois pensé, à l’époque, les intégrer à ce […]

Une préface (abandonnée) 8. 10. 2020. En formant le projet d’un nouvel ouvrage, il n’a pas été rare que j’en rédige une future préface. Un tel texte est vite délaissé : le livre change de contenu, et une fois mis en route, voire mené à bien, les termes d’une préface, s’il en faut une, deviennent tout […]

22.04.20 D’où me vient cette conviction étrange que l’histoire a un sens ? L’histoire humaine, mais aussi celle de l’univers, et même, sans privilège d’aucune sorte et au sein de tous les périls, l’histoire de ma vie ? Ce point d’appui intérieur, qui toujours tient dans les ébranlements,

12.04.20 Avant le début du confinement, j’ai acheté La Peste. Comme beaucoup d’autres, j’avais lu le roman de Camus vers la fin de l’adolescence, il y a donc très longtemps, et j’en conservais un souvenir vague – une ambiance.

30.03.20 Cet été-là, mes parents avaient décidé que je ferais un séjour en colonie de vacances. Je ne sais pas trop pourquoi : ce n’était pas exactement le style de la maison. Mais l’institution choisie était gérée par la Ligue de l’enseignement, ou quelque chose comme cela – et pour notre famille d’instituteurs, c’était sans doute […]

5.12.2019 Je l’ai déjà raconté[1], mais je voudrais y revenir. Pour y avoir pensé au cœur d’une nuit récente, avec deux détails simples. Voici. Cela se passe au printemps 1961, me semble-t-il. J’ai presque quinze ans.

20.10.19 Ce dimanche 19 octobre, vers 11h30, j’ai pris le bus 91, à l’arrêt Jean-Pierre Timbaud, en direction de la Gare de Lyon. Je devais y retrouver pour déjeuner mon ami britannique Mark Sinclair, qui, en compagnie de son jeune garçon Joseph, âgé de neuf ans, était de passage à Paris. Il pleuvait abondamment.