27 mai 2016 : Paris-Sorbonne

Le vendredi 27 mai à 16h30, j’interviens en Sorbonne au colloque « Une pensée du corps », organisé dans le cadre des études hispaniques, organisé par Camille Lacau St Guily, René Clémentine Lucien et Maria J. Ortega Manez. (En Salle de Formation de la Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne).

J’y présente la conférence de clôture, consacrée au récent spectacle Aux corps prochains – Sur une pensée de Spinoza, créé au Théâtre National de Chaillot et au TNP (Villeurbanne) en mai et juin 2015.

A cette occasion, j’ai traduit deux célèbres poèmes de J. L. Borges, que voici :

 

Spinoza

(El Otro, el mismo, 1964)

 

Las traslúcidas manos del judío

Labran en la penumbra los cristales

Y la tarde que muere es miedo y frío.

(Las tardes a las tardes son iguales.)

Las manos y el espacio de jacinto

Que palidece en el confín del Ghetto

Casi no existen para el hombre quieto

Que está soñando un claro laberinto.

No lo turba la fama, ese reflejo

De sueños en el sueño de otro espejo,

Ni el temeroso amor de las doncellas.

Libre de la metáfora y del mito

Labra un arduo cristal: el infinito

Mapa de Aquél que es todas Sus estrellas.

 

Les mains translucides du juif

Travaillent dans la pénombre les cristaux

Et le soir qui meurt est peur et froid

(Les soirs aux soirs sont pareils.)

Les mains et l’espace de jacinthe

Qui pâlit au confin du ghetto

N’existent presque pas pour l’homme tranquille

Qui rêve un labyrinthe clair.

La gloire ne l’agite pas, ce reflet

De rêves dans le rêve d’un autre miroir

Ni l’amour peureux des jeunes filles

Libre de la métaphore et des mythes

Il travaille un cristal ardu : l’infini

Carte de Celui qui est toutes Ses étoiles.

 

*

Baruch Spinoza

(La moneda de hierro, 1976)

 

Bruma de oro, el Occidente alumbra

La ventana. El asiduo manuscrito

Aguarda, ya cargado de infinito.

Alguien construye a Dios en la penumbra

Un hombre engendra a Dios. Es un judío

De tristes ojos y de piel cetrina;

Lo lleva el tiempo como lleva el río

Una hoja en el agua que declina.

No importa. El hechicero insiste y labra

A Dios con geometría delicada;

Desde su enfermedad, desde su nada,

Sigue erigiendo a Dios con la palabra,

El más pródigo amor le fue otorgado,

El amor que no espera ser amado.

 

Brume d’or, l’Occident éclaire

La fenêtre. Le manuscrit assidu

Attend, déjà chargé d’infini.

Quelqu’un construit Dieu dans la pénombre

Un homme engendre Dieu. C’est un juif

Aux yeux tristes et à la peau citrine ;

Le temps le mène comme le fleuve mène

Une feuille dans l’eau qui décline.

Peu importe. Le sorcier insiste et travaille

Sur Dieu avec géométrie délicate ;

Depuis sa maladie, depuis son rien ;

Il continue d’ériger Dieu par la parole,

L’amour le plus prodigue lui fut octroyé,

L’amour qui n’attend pas d’être aimé.

 

 

Trad. D.G.